Durée d’une séance d’hypnose 

Si la durée moyenne d‘une séance est de 50 minutes, il faut surtout noter que l’hypnose thérapeutique est la plus efficace lorsqu’il s’agit de « sur mesures ». Ainsi, même si l’hypnothérapeute peut appliquer des techniques d’induction maitrisées et des protocoles formatés, chaque séance est unique et la durée peut varier. 

Si un gâteau n’est pas assez cuit, on le laisse un peu plus longtemps pour parfaire le résultat. Et si par contre il est prêt plus rapidement que prévu, on ne le laisse pas sous prétexte qu’il reste 10 minutes à attendre selon la recette officielle. En pratique, on s‘adapte. Et chaque personne étant unique, chaque séance l’est tout aussi. 

Il faut compter entre 45 minutes et un peu plus d'une heure par séance, mais la durée d’une séance est indépendante de son efficacité. Ce qui compte c’est la capacité du praticien à cerner votre cas et votre implication. Votre meilleur allié, c’est vous-même. Le praticien n’est là que pour vous accompagner, pour éclairer le chemin que vous souhaitez prendre, au rythme qui est le vôtre. 

La première séance est par nature spéciale car le client et le praticien doivent faire connaissance et évoquer l'objectif du client.

Déroulement d’une séance d’hypnose 


Chaque séance se déroule en quatre parties : 
1. L'établisssement de l'objectif de séance  (anamnèse)
2. L’entrée dans un état d'hypnose approprié au travail (induction)
3. Le travail sous hypnose 
4. Le retour à un état de conscience habituel

L'établisssement de l'objectif de séance (ou anamnèse) est l’étape qui consiste à exprimer ce que vous souhaitez. C’est une conversation menée par l’hypnothérapeute pour savoir quel est l’objectif de la séance et afin de mieux vous connaitre. Il va utiliser ces informations pour choisir les techniques qu’il va utiliser pour vous hypnotiser et pour vous permettre d’atteindre votre objectif. Cette étape permet également de répondre à certaines questions sur l’hypnothérapie. 

L’entrée dans un état d'hypnose approprié au travail (ou induction) est l’étape durant laquelle votre hypnotiseur vous guide en hypnose. Si le client est déjà en hypnose à cette étape, l'hypnotiseur ajuste l'intensité.  Le niveau de profondeur requis dépend de l’outil thérapeutique que l’hypnotiseur a choisi pour cette séance. L’efficacité de la séance est indépendante de la profondeur de l’hypnose. Tout dépend de la stratégie de l’hypnothérapeute et du protocole mis en œuvre. Par exemple, une régression en âge va nécessiter une hypnose assez profonde alors qu’au contraire une hypnose conversationnelle sera si légère que le client ne s’en rend souvent même pas compte. Le plus important est que la technique utilisée soit adaptée au sujet et à son objectif. L’hypnose ericksonienne, c’est du sur-mesure. 

Le travail sous hypnose est l’étape où les automatismes inconscients du client sont mis à contribution pour atteindre l’objectif de séance. Ce travail est réalisé par le client, sous hypnose, avec le praticien qui le guide avec sa voix et ses techniques. Il s’agit du moment clé de la thérapie, du moment où les transformations et les changements se réalisent. 

Ensuite viennent le retour à un état habituel, dit « réveil », le moment de payer la séance et selon le cas le moment de la prise du prochain rendez-vous.

Nombre de séances

Le nombre de séances nécessaires est propre à chaque demande. Néanmoins, l’hypnothérapie fait partie des thérapies brèves et cela signifie que, quelle que soit la demande, si elle peut être traitée par votre hypnotiseur, sauf exception très très très rare, elle ne nécessitera pas plus de 10 séances. Généralement, 2 à 6 séances suffisent.

Pour rassurer mes clients concernant le coût en rapport au nombre de séances, je pratique un tarif drégessif à partir de la 3ème séance sur un même objectif.

La première séance 

La toute première séance est un peu particulière. Elle est consacrée en grande partie à faire connaissance et à préciser l'objectif global, qui sera déclié en objectif(s) de séance(s).

Le praticien doit récolter un maximum d’informations utiles pour décider en premier lieu s’il accepte de traiter la demande, c’est-à-dire si elle entre dans le cadre des domaines d’application de l’hypnose, si elle est conforme aux compétences et à l’éthique du praticien et si elle respecte la réglementation française. Il est en effet toujours utile de rappeler que les hypnotiseurs ne sont ni médecins ni psychiatres et qu’ils n’ont aucun droit d’exercer la médecine, de réaliser des diagnostics ni de faire des prescriptions médicales. 
Il est donc tout à fait possible, et même sain que de temps à autres, un praticien refuse une demande et réoriente le client vers son médecin traitant ou un confrère spécialisé. 

La première séance est aussi souvent l’occasion pour le client de poser des questions sur l’hypnothérapie et l’hypnose en général. C’est l’entrevue où l’on fait connaissance et où la confiance réciproque s’installe. 
S’il reste du temps le praticien pourra tout de même commencer le travail hypnotique en fin de cette première séance.